dimanche 17 avril 2011

Rad Party #32 (Juin 2003)



Un numéro écrit en un temps record d'à peine quelques mois. Il avait suffi d'une rencontre pour que je me sente pousser des ailes et retrouve l'envie d'écrire comme un forcené et abattre autant de boulot que possible en très peu de temps…

Période heureuse, où je nageais dans un certain optimisme avec la douce illusion que la vie était enfin en train de me sourire et de prendre une meilleure tournure que par le passé. Ce regain d’énergie me permit de trouver la force de me replonger dans une ébauche de simili-roman autobiographique que j'avais commencé à écrire un an plus tôt (« Dead End Street ») tentant de retracer mon propre parcours au sein de la scène Punk (à la manière du Salad Days de Charles Romalotti) et de le reprendre à zéro en réécrivant entièrement le tout à la main. Le reste du zine quant à lui était constitué d'un joyeux bordel de courtes histoires personnelles, narration de concerts et chroniques, dans la droite lignée des 2 précédents numéros.

84 pages A6 une nouvelle fois tirées à 400 exemplaires qui s'écoulèrent très rapidement, avec une couverture imprimée sur papier orange cartonné dont le motif central était en fait un projet de tatouage réunissant les logos de mes groupes fétiches (Crass et le Dag Nasty période « Wig Out At Denkos ») que je n’ai jamais trouvé le courage de me faire encrer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire